Le ciel profond et l'astronomie de balcon : incompatible ?

 Pratiquer l'astrophotographie depuis un balcon de la petite couronne Parisienne n'est pas une discipline facile ! Je m'en rends compte à chaque fois que j'ai la chance de pouvoir pratiquer sous un meilleur ciel, en Bretagne ou ailleurs, et que "tout paraît plus simple".

Néanmoins, en tout cas me concernant, il est largement possible de se faire plaisir, même avec un matériel standard et même en ciel profond.

Voici une photo de mon "installation" et des captures d'écran, prises il y a quelques jours lors d'une session consacrée aux nébuleuses M8, M17 et M16.

session lagon

Première difficulté, comme on peut le voir sur la photo : le ciel est vraiment, mais vraiment tout pourri. Il est donc assez primordial de prévoir LE bon filtre et de ne shooter que les cibles adaptées à ce filtre : pour les nébuleuses, le filtre IDAZS NBZ utilisé ce soir là fait des miracles. Idem pour le tube (ici, j'ai sorti ma lulu Skywatcher 72ED).

Seconde difficulté : l'espace exigu. Ici, rajouter du matériel ou utiliser une monture plus imposante que ma NEQ5 serait impossible. 

Troisième difficulté : le champ de vision restreint. Dans mon cas je peux raisonnablement cibler du Sud au Nord-Ouest, et en dessous de 60° d'élévation. Mais pour l'Est et le Nord, c'est mort.

Dernière difficulté, toujours liée au champ de vision : je ne vois pas le Nord céleste pour la mise en station. Heureusement, je m'en sors assez bien avec la fonction Drift Align de PHD2, que j'utilise pour auto-guider avec un simple chercheur 9x50. Et puis en se servant de marques au sol comme repères pour le pied, ça va vite. 

Une fois la monture alignée, c'est finalement assez confortable : un oeil sur PHD2 pour vérifier que le guidage reste bon ...


guidage lagon

capture lagon
 .. et l'autre sur SharpCap pour vérifier le signal, regarder le temps restant et surveiller la température de la caméra ASI 533MC. Ce soir là, en pleine canicule, impossible d'atteindre les -10°C auxquels je shoot habituellement : j'ai du me "contenter" de -5°C. 
Pendant que les poses défilent, je fais quelques empilements partiels de ce qui sort de la caméra avec Pixinsight pour me faire une idée de ce que donnera l'image finale, et éventuellement réajuster quelques paramètres comme le temps de pose.


pix lagon

integration lagon

Au bout d'une dizaine de minutes de poses, on sait déjà si la session sera fructueuse ou non ....

Je n'en ai pas parlé mais l'hiver, une fois la mise en station effectuée, s'il fait trop froid dehors, je peux également me connecter en Wifi à mon PC astro et tout piloter à distance dans la chaleur de mon salon. Mais là ça devient peut être un peu trop confortable ...

Je n'ai pas encore terminé le traitement des trois nébuleuses ciblées ce soir là mais je sais déjà que ça devrait être pas mal : à suivre ...

Vous pouvez retrouver la liste du matériel et des logiciels utilisés ici.

 

Traitement Pixinsight d'images RGB prises avec un filtre dual-band

Il s'agit ici d'expérimenter une sorte de traitement "pseudo HSO" à partir d'une image réalisée avec une caméra RGB et un filtre dual bande Ha/Oiii tel que le Idas NBZ.

Je précise que pour ce traitement j'ai simplement adapté les traitements déjà proposés dans certains tuto vidéos en anglais (ici ou encore ). 

La cible choisie ici est la très connue M16 (Nébuleuse de l'Aigle). Vous trouverez en fin d'article un exemple d'image de C27 (Nébuleuse du Croissant) réalisée selon la même technique.

Les clichés ont tous été pris en zone fortement polluée, à quelques centaines de mètres du périphérique parisien, et alors que le filtre dual band Ha/Oiii fait déjà bien son boulot d'arme ultime contre cette pollution lumineuse, le traitement proposé ici semble encore améliorer les choses par rapport à un traitement un peu plus standard.

Pour chacune des cibles j'ai réalisé 30 poses de 120 secondes avec le matériel suivant :
- Lunette apochromatique SkyWatcher SW72ED
- Caméra refroidie ZWO ASI533MC-Pro
- Monture NEQ5-Pro
- Autoguidage avec chercheur de 50 mm et caméra ASI290MC
- Filtre bi-bande Idas NBZ

Sur ces deux exemples j'ai simplement appliqué un master flat lors de la callibration : après quelques tests l'usage de darks n'apporte pas grand chose lors de l'utilisation de la caméra ASI 533MC Pro pour ces cibles relativement simples. 

En route pour les étapes de ce traitement, une fois les brutes callibrées, empilées et le gradient supprimé.

étape 0 : préparation des process

  • Une étape de préparation facultative peut être d'instancier les process dont nous aurons besoin : 
    • ChannelExtraction
    • 3 PixelMath
    • 1 MaskedStretch
    • 1 quatrième PixelMath
    • 1 LRGBCombination
  • Par la suite une sauvegarde de ces process avec les bons paramètres et des noms de couches inchangés permettra de gagner du temps.

dual band 1

étape 1 : extraction des couches RGB

  • En partant de limage RGB obtenue après empilement et extraction du gradient, on appliqe simplement le process ChannelExtraction.
  • Pour s'y retrouver par la suite, on nomme les couches r, g et b.

dual band 2

étape 2 : extraction d'une couche de luminance

  • Là encore rien de sorcier en utilisant le même process ChannelExtraction mais en mode L*a*b
  • On nomme la couche obtenue l.

dual band 3

étape 3 : création des pseudo couches Ha, Oiii et Sii

  • Pour ce faire, on utilise les process PixelMath. Pour la couche Ha et la couche Sii on pourrait se contener de clôner respectivement les couches r(ouge) et l(uminance) mais l'usage des process permet de conserver un nommage cohérent si on prend soin de resneigner le nom de l'image créée en sortie de process.
  • On fait également attention à l'espace de couleur de sortie qui doit être Grayscale
  • Les formules utilisée sont  :
    • pour Ha : Ha = r
    • pour Oii : Oiii = 0.3*b + 0.7*g
    • pour Sii : Sii = l
  • Il est également possible d'introduire un peu de fantaisie dans le rendu final en modifiant les formules (par exemple en changeant le rapport b/g pour le calcule de Oiii)

dual band 4

 

dual band 5

dual band 6

étape 4 : on stretch couches Ha, Oiii et Sii

  • Pour cette étape, on peut utiliser le process MaskedStretch ou le script EZ Soft Stretch.
  • L'important est de garder les mêmes paramètres pour chacune des pseudo couches.

dual band 7

étape 5 : on recombine HA, Oiii et Sii avec des formules .... "magiques"

  • Cette étape utilisant le process PixelMath peut sembler un peu obscure mais consiste à "booster" les différentes couches entre elles linéairement et/ou exponentiellement.
  • On décoche la case Use a single RGB/K expression afin de rentrer chaque formule pour la bonne couche
  • On prend garde à fixer le paramètre Color space à RGB Color.
  • Ces formules (qui semblent comporter une partie empirique) peuvent être retouvées ici : https://thecoldestnights.com/2020/06/pixinsight-dynamic-narrowband-combinations-with-pixelmath/

R = (Oiii^~Oiii)*Sii + ~(Oiii^~Oiii)*Ha

G = ((Oiii*Ha)^~(Oiii*Ha))*Ha + ~((Oiii*Ha)^~(Oiii*Ha))*Oiii

B = Oiii

dual band 8 

étape 6 : un petit coup de luminance

  • On utilise le process LRGB Combination pour appliquer la couche Sii à l'image RGB que l'on vient de créer.
  • Pour cela on séléctonne uniquement la couche L dans le process, en utilisant la couche Sii, et on décoche R,G et B.
  • On applique localement le process à l'image obtenue en 5.

dual band 9

étape 7 : on peut reprendre une activité normale

  • A partir de cette étape chacun fera comme il aime avec cette image non linéaire : ColorSaturation, CurvesTransformation, HDRMultiscaleTransform jusqu'à obtenir le rendu qu'il souhaite.

dual band 10

 

Voici pour conclure un autre exemple réalisé avec la même technique : C27 où cette technique pêrmet de faire un peu ressortir le halo bleuté autour du coeur de la nébuleuse.

 

sho

Ho ! Un écran à flats !!!

J'ai récupéré ma vieille tablette Samsung 7 pouces achetée vers 2010 et devenue obsolète depuis bien longtemps.

Et bien après quelques utilisations lors de sessions d'astrophoto je valiide : comme écran à flats ça fait le job !

Les flats ont été faits en affichant la page blanche http://bigbobsky.fr/bigbobsky/flat.html

 

tablette flat

Astuce pour les ASI120MC (USB2) qui buggent sur les PC récents

Vous ètes peut être comme moi le possesseur d'une ZWO ASI120MC première génération (USB2) que vous utilisez comme caméra de guidage.

Depuis l'an dernier et le renouvellement de mon PC avec des ports USB3 je me suis mis à rencontrer des problèmes de freez après quelques images, que ce soit sous PhD2 2.6.9  ou autre.

Je me suis donc mis à utiliser une caméra plus récente (et plus performante) pour mon guidage lors de mes sessions de photo à l'APN.

Depuis quelques temps je me suis mis en tête de faire des essais de live-stacking mais toujours impossible de faire fonctionner la vieille ASI120MC et donc de m'en reservir comme caméra de guidage pendant que la plus performante fait son job pour le stacking.

J'ai onstaté un peu par hasard que la 120MC fonctionnait avec  SharpCap 3.2 dès lors que l'on passait en 8 bits. 

J'ai donc retenté de l'utiliser avec PhD2 mais même si des images arrivaient enfin, elles étaient totalement désynchronisées, coupées et des fois n'arrivaient pas du tout pendant plus de 20 secondes. Mais pourquoi la caméra fonctionnait elle avec SharpCap ????

En brave informaticien j'ai fait une recherche de fichiers *asi* sur mon PC et j'ai quelque chose qui ressemble à ça :

 

zwo dll

 

Et oui, plein de versions différentes du SDK de ZWO nommé ASICamera2.dll, et en particulier la version 1.14.11.8 pour PhD2 et la version 1.16.3.0 pour SharpCap.

Après avoir fait une sauvegarde de la DLL d'origine de PhD2 le l'ai remplacée par la version de SharpCap et là miracle : j'ai pu laisser tourner l'acquisition pendant une heure sans interruption. Seul problème résiduel : on est toujours en 8 bits. Mais pour du guidage pas trop grave  ...

Donc l'astuce pour les gens qui rencontrent ce genre de problème :

- passer la configuration de la caméra en 8 bits

- remplacer la DLL  ASICamera2.dll du dossier de PhD2 par celle provenant de SharpCap.

Bon ciel à tous !!!!

L'autoguidage low cost en action

Petite capture d'écran lors de ma session sur Orion le 12/02/2021.

Rappel du setup low-cost : un chercheur, une caméra ASI  et une EQ3-2 Goto un peu moodifiée (une cale sur l'un des moteurs).

Plus de détails ici ou .  

 

astroguidage 2021